Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 21:49

   Né en 1948 dans le Massachussetts, John Alvin, l'un des affichistes américains les plus talentueux et respectés du 20ème siècle, est disparu le 6 Février 2008, à l'âge de 60 ans.

 
  Promu en 1974 du
Art Center College of Design (situé à Pasadena en Californie), et tandis que d’autres se tournent vers l'illustration pour la presse, lui, en fan de cinéma, se lance dans l'illustration pour Hollywood.

   Sa première affiche est pour la comédie de Mel Brooks Le Shérif est en prison (Blazing Saddles, 1974). Une longue et fructueuse collaboration entre les deux hommes est entamée, qui nous donnera les affiches de Frankenstein Junior (1974), La Folle Histoire du monde (1981) et La Folle Histoire de l'espace (1987), pour une série d'affiches possédant indubitablement la patte Alvin.

  Mais c'est sans aucun doute pour sa deuxième réalisation que John Alvin entrera dans la légende. Il conçoit en effet une des affiches les plus emblématiques du cinéma de Science Fiction, qui restera vingt-cinq ans plus tard sa plus grande fierté : Blade Runner de Ridley Scott (1982). Ils collaborent de nouveau sur Legend en 1985.

 

 
  Autre cinéaste avec qui
John Alvin collaborera plus d'une fois : Steven Spielberg. La mythique affiche de E.T (1982), celle de L'Empire du Soleil (1987), mais aussi la magnifique affiche de La Couleur Pourpre (1985), celle d’Always (1989) et le design de Hook (1991). Toutes ses affiches marqueront les spectateurs de l'époque, attirés par la magie et le mystère insufflés à ces créations visuelles publicitaires.




































 
   Reconnaissant le talent d'Alvin, Spielberg fera très souvent appel à lui pour réaliser les affiches des films produits par sa maison de production
Amblin Entertainment : Gremlins (1984), Cocoon (1985),
Les Goonies (1985), L'Aventure intérieure (1987), Arachnophobia (1990), Les Nerfs à vif (1991), ...





 

 
  Autre collaboration prestigieuse : les affiches d'une multitude de films pour le studio
Disney (La Petite Sirène (1989), Alladin (1992),
 
Le Roi Lion (1994), La Belle et la Bête (1991), Mulan (1998), ...) dont il devient le créateur officiel des « campagnes adultes » de promotion pendant la décennie 1990.

 
  
 
  John Alvin
fut sans doute l’un des premiers à voir les possibilités nouvelles offertes par l’explosion de l’informatique, et à utiliser successivement le crayon, le pinceau, l’aérographe et la tablette graphique. Il prendra part, pendant  trente années, au lancement promotionnel de près de 120 films, préférant toujours le côté symbolique de l’affiche à la débauche de moyens graphiques. On peut citer l’ensemble de ces créations car toutes sont devenues emblématiques d’un style comme d’un genre lié à
l’entertainement, n’excluant ni le scénario ni la justesse des personnages (Rain Man (1988)). L’affiche phare d’Alvin demeure à juste titre celle d’E.T., et l’on comprend pourquoi, tant elle illustre cette magie du designer d’affiches de film, à la fois créateur artistique et... se devant divinement inspiré en dépit de la contrainte du marketing !


Deux sites (en anglais) pour revisiter l’œuvre de John Alvin :

 

 

- link (site officiel)

 - http://www.johnalvinart.com (site de fan, très complet)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages