Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:02

Synopsis : La Chine au XIXème siècle. Le Célèbre virtuose des arts martiaux en Chine ancienne, Li Mu Bai décide de renoncer à sa vie de combats. Il confie sa légendaire épée " Destinée " à Lu Shu Lien (qu'il désire en secret) afin qu'elle la remette au seigneur Té. Mais l'épée est bientôt dérobée par un mystérieux voleur : Jen, la fille du gouverneur. Promise à un mariage arrangé, elle aspire à la vie d'aventure des chevaliers errants…

 

 

 Présenté en 2001 au Festival de Cannes (en hors-compétition) Tigre et Dragon d’Ang Lee est d’abord un projet complètement  atypique  dans l’industrie hollywoodienne : film de sabres et d’arts martiaux chinois (du genre « Wu xia pian », le film de combats de chevaliers) ancré dans une nostalgie littéraire affirmée pour son réalisateur, qui a redécouvert au milieu des années 1900 la saga Crouching Tiger, Hidding Dragon (titre anglo-saxon du film, dont la traduction littérale est Tigre tapi, Dragon caché), écrite dans les années 1920 par Du Lu Wang.

    Film par conséquent très codé, se devant de respecter les lois du genre tout autant que le folklore semi-fantastique des contes et légendes chinoises, le long-métrage met en avant l’opposition entre les caractères, les mondes et leurs enjeux : typiquement, le jiang-hu (littéralement " rivières et lacs ") y désigne l'espace des chevaliers errants et le Lu Lin (" vertes forêts "), celui des hors-la-loi. Magie et réalité s’y côtoient aisément, notamment lors de combats épiques et aériens, chorégraphiés comme des ballets, et où les énergies des opposants font ressentir une poésie visuelle bien différente de la culture occidentale.

 

 


 
Les différentes affiches de Tigre et Dragon vont amplifier soit la connaissance intrinsèque du genre Wu Xia pian, de ses attributs (armes blanches, vêtements traditionnels, postures de combat, ...), des décors-types (villages et temples, montagnes et forêts, lacs et rivières) et des acteurs (tous superstars asiatiques), soit jouer, à l’inverse et pour le public occidental, sur la méconnaissance et la « destruction » des véritables ficelles de la trame de l’œuvre. La plus apparente de ses déconstructions est la disparition du duo antinomique annoncé par le titre, au profit d’un triangle ou d’un quatuor d’opposants. La mise en avant des portraits de stars se fait contre celle des décors, de l’ambiance ou de l’illustration, pourtant assez coutumière, des scènes d’action phares du film.

 



 

  Il est surprenant de voir, sur les différents visuels américains, l’évolution qualitative générale : vendu de prime abord comme un simple film de cape et d’épée exotique et coloré, Tigre et Dragon a ensuite fait l’objet de critiques élogieuses (reprises sur l’affiche), de designs plus travaillés (le nombre d’acteurs étant fluctuant, de 4 à 2 puis à 3) et surtout d’une noirceur de plus en plus présente, venue réaffirmée l’aspect Fantastique en même temps que le ton mélodramatique de l’œuvre. L’affiche française originale tire la quintessence de cette progression puisque le titre (plus court) y gagne en beauté plastique, suivant en cela un visuel pyramidal où la position dominante des femmes s’exprime à plein, entre séduction et cruauté des jeux de rivalités amoureuses. La triangulation y est omniprésente et référente : titre en 3 parties, 3 acteurs (pour 4 noms en tête d’affiche…) et 3 couleurs prédominantes (noir, blanc et rouge).    Surtout,  l’affiche française ne reproduit pas l’erreur présente sur une précédente affiche américaine, qui attribue au héros masculin (incarné par Chow Yun-Fat) une arme totalement inutile ; celui-ci, adepte de la non-violence, cherche justement pendant toute l’histoire à camoufler la légendaire épée Destinée et a atténuer les convoitises diverses dont elle fait l’objet !

 

 


 
Possédant un titre de fable ou de conte, Tigre et Dragon en possède la beauté plastique, la morale philosophique et une mythologie rêvée de la Chine : c’est un ballet assumé entre l’élégance, le mystère et le destin de  personnages qui sont aussi des symboles et des signes du zodiaque chinois

 

·        Pour aller plus loin…

-  Dossier d’ABC le France : http://www.abc-lefrance.com/fiches/tigreetdragon.pdf

 

-  Dossier CNC Lycéens au Cinéma : http://www.lyceensaucinema.org/pdf/Tigre.pdf

(La page 19 évoque l’affiche et l’exploitation publicitaire du film).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages