Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 17:06

  Il y a bien des cas où l’on verra, à travers l’affiche de film, soit une image enfouie de notre enfance, soit une référence picturale ou littéraire, soit, encore, une autre étrange réminiscence… Ce contexte culturel d’intertextualité - ou d’inter-iconicité - est permanent dans l’œuvre de Chris Van Allsburg, auteur et illustrateur américain de livres pour jeunesse, rendu célèbre mondialement pour avoir reçu à deux reprises la Médaille Caldecott (l’équivalent du Prix Pulitzer dans le monde des illustrateurs jeunesse américains), pour ses illustrations des couvertures du Monde de Narnia (écrit par C.S. Lewis) et surtout via l’adaptation cinématographique de trois de ses œuvres : Jumanji (livre en 1982, film de Joe Johnston en 1995), Zathura (livre en 2002, film de Jon Favreau en 2005) et Le Pôle Express (livre en 1985, film d’animation en 2004 par Robert Zemeckis).

 

 




 

 



 


 
Cadrage inhabituel, atmosphère mystérieuse et fantastique, photographie ou dessin onirique, terrifiant ou familier, mais toujours insolite : tel est l’univers de cet illustrateur né en 1949 dans le Michigan, et qui peut se situer graphiquement entre les peintres Edward Hopper, De Chirico et Magritte, ainsi que Lewis Carroll et Lovecraft en Littérature. Pour l’artiste, également sculpteur et affichiste, la richesse des médias ouvrent à une infinité de représentations où, dans chaque cas, le lecteur-spectateur se doit de chercher ses propres « clés » d’investigation du champ de l’image. Cette exploration de l’infini et de « l’au-delà de l’image », à travers l’amusant, l’absurde ou l’impossible, renvoie également aux travaux de l’artiste néerlandais Escher.

 

   


 Chaque image est une affiche et chaque affiche est une image : il y aura une perméabilité évidente entre l’une et l’autre lorsqu’un travail de design promotionnel est fait autour d’une œuvre déjà illustrée par Van Allsburg. Spécialiste du noir et blanc, l’auteur n’exclue pas pour autant les effets de lumière ni les atmosphères subtilement colorées, dont rendent compte ses dessins de couverture ou ses propres affiches. On n’aura aucun mal à retrouver l’ensemble de cette influence dans les différents visuels des 3 films précités : jeu mystérieux, atmosphère étrange et décalée, apparition fantastique et couleurs bleutées inhérentes au monde de l‘Imaginaire, le tout sur un fond étoilé ou ouvert largement au rêve… Les plus proches visuellement et graphiquement restent bien sur les visuels du Pôle Express, conçus par les Studios The Cimarron Group (designs de Mary à tout prix, Gladiator, La guerre des mondes, Troy, …) : le train sorti tout droit de l’imaginaire enfantin, les lumières et couleurs impressionnistes référentes des origines du Cinéma (présence de la Lune) comme de l’Entertainment à l’américaine, l’univers légendaire des contes de Noël, tout était déjà présent sur la première de couverture du livre originel, l’enfant lui-même mis à part. L’accroche ainsi que les visuels successifs ancrent le film comme une part de rêve et un « cadeau » visuel au charme désuet : pour le comprendre ou le voir, il faut donc véritablement « y croire », en retenant son souffle entre croyance et crédulité, foi et espoir. En compagnie de Van Allsburg, chacun pénètre dans l’artisanat de l’extraordinaire…

 

 






 

Pour aller plus loin :

 

- Le site officiel (en Anglais) de Chris Van Allsburg :
http://www.chrisvanallsburg.com/home.html


Bibliographie (en Anglais) :

http://www.houghtonmifflinbooks.com/features/thepolarexpress/bookshelf.shtml

 

- Le site officiel du film Le Pôle Express :
http://wwws.warnerbros.fr/movies/polarexpress/flashsite/index.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages