Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 18:06

7 - Analyse détaillée des affiches par genre : codes de construction (couleurs, structures personnages, regards)

 



Sources :
http://www.qualiquanti.com/pdfs/affetbafilmsword.pdf - 2000.

 

- Les affiches de comédie utilisent un registre de couleurs vives et franches, sur un fond blanc ou monochrome, avec des personnages en pied qui sont en interaction.

- Les affiches de films policiers présentent un personnage de trois quart, avec un regard inquiet et perplexe, dans un univers en clair obscur qui symbolise le trouble de la situation dans laquelle il se trouve.


-  Les affiches de films d’aventure ou d’action sont divisées en deux parties : le bas de l’affiche est très sombre alors que le haut est illuminé par des couleurs orangées (ciel tourmenté, horizon enflammé, explosion, …). Le héros systématiquement armé est photographié de face à mi-corps, comme s’il émergeait entre le ciel et la terre. Son visage est tendu et son regard plein de concentration est tourné à la fois symboliquement vers son destin et vers le spectateur qui est interpellé.

- Les affiches de films d’horreur ou de science-fiction ont un fond noir souvent déchiré par une raie de lumière verticale (éclair, reflet d’une lame, …), avec des lumières spectrales (lueurs blanches, bleues, rouges, vertes, …). Sur ce fond de ténèbres, on ne voit que des visages révulsés d’effroi ou simplement des yeux dont le regard est brisé par une vision d’horreur.

- Les affiches de comédies dramatiques sont construites simultanément sur deux axes pour présenter le double aspect du genre : un couple est mis en position centrale pour renvoyer à l’élément dramatique et le contexte d’action est représenté suivant les codes propres aux autres genres, suivant que le film est plus proche du policier, de la comédie ou du film d’aventure/ action.





 Notes : L’affiche Est-Ouest (R. Wargnier - 1999) est un exemple d’affiche trop énigmatique sans amorce sur le contenu du film. Le spectateur ne sait pas du tout à quoi s'attendre, avec cette image de la mer avec un minuscule bateau au centre. Elle crée une énigme qui n'a pas de fondement pour le genre comédie dramatique, qui fonctionne plutôt sur le couple ou la relation humaine. Il faut que l'affiche puisse dire un minimum de chose, qu'elle raconte au moins une hypothèse d'histoire ou montre le visage d’un protagoniste pour que le film obtienne une première adhésion de principe.

 

8 - La construction des titres et des sous-titres

 Elle se caractérise par un parti pris de concision, quels que soient les genres, avec en particulier :

- Des noms propres (Ex : Rembrandt ; Vatel ; Alice et Martin).

- Des descriptions : ce sont des noms génériques qui désignent une catégorie de choses ou de personnes (Ex : Les parasites; Les ensorceleuses ; Petits frères).

- Des constructions appositives proches de la rhétorique des titres de livres ou de romans, avec un génitif de possession qui passe par la préposition "de". Ce sont des expressions composées avec un élément déterminé et un élément déterminant, mais qui ne sont pas des phrases. Cette catégorie de titres avec un "de" appositif est typiquement française (Ex : Les enfants du siècle ; Une journée de merde ; La classe de neige).




-
 
Le caractère expansif de la langue française rend parfois difficile la création de titres courts. Les titres en anglais concentrent généralement plus de sens en moins de mots.
Mais l'effet expansif du français peut être utilisé pour créer des titres longs qui se démarquent par rapport aux autres plus courts.

 Les titres français n'ont pas toujours une signification explicite et claire. Ils fonctionnent souvent de manière indirecte, en laissant une ambiguïté sur le sens grâce à :

- L'élision d'une partie de phrase qui introduit un morceau sous-entendu qui reste à deviner (Ex : … Comme elle respire.)




- Un jeu sur le sens propre et le sens figuré, entre lesquels il n'est pas évident de choisir à première vue.

 Le sous-titre, qui apparaît en plus petits caractères, peut avoir plusieurs fonctions, notamment selon sa position par rapport au titre (accolé en dessous, ou placé au dessus) :

Une fonction d'expansion et d'explicitation du titre notamment en termes de genre. En général, le sous-titre est alors placé à proximité du titre (en-dessous ou à côté). Cette modalité du sous-titre intervient quand il s'agit d'un titre très court ou peu transparent ou quand il s'agit d'une traduction qui a engendré une perte de sens.

 



Une fonction d'accroche proche de la rhétorique publicitaire, en particulier lorsque le sous-titre est placé au-dessus du titre sur l'affiche.

 

9 - Des phrases d'accroche à l'aspect polysémique

  Les affichent comportent parfois des phrases qui s’ajoutent au titre pour donner des renseignements supplémentaires sur le film ou accrocher différemment l’attention du spectateur. Ces phrases jouent généralement sur plusieurs registres de façon simultanée.

Parmi les axes exploités par les phrases d'accroche, il y a :

Les phrases qui fournissent des renseignements complémentaires sur le thème, le genre ou la tonalité affective du film.




Les phrases qui renseignent sur la relation entre les spectateurs et le film.

Les phrases qui établissent un lien entre un film plus ancien et le film concerné. C'est un principe de rétro-référence et d'appel à la mémoire spectatorielle, qui est lié au fait que la réception d'une oeuvre d'art en général et d'un film en particulier n'est pas une réception ponctuelle.

Ce registre d'accroches rétrospectives par rapport à la mémoire cinématographique a plusieurs logiques :

- La surenchère par rapport à un film du même genre en particulier pour les films fantastiques ou d'horreur, qui laissent des impressions fortes et inoubliables.

- La mémoire des œuvres du même réalisateur.

- Le rappel d'une première occurrence du même film, dans une version antérieure : Halloween, Après 20 ans, il revient.

L'interpellation dans les phrases d'accroche passe par différents biais :

L'adresse directe au spectateur qui passe par le "vous".

L'amorce d'une réflexion curieuse ou à caractère paradoxal. Les phrases d'accroche ont souvent une tonalité proverbiale.

Les phrases qui visent à intéresser les spectateurs au thème du film en leur disant "Cela vous concerne". L'idée est de nier le caractère fictif de ce que raconte le film, pour dire que cela concerne la vie de chacun et pour susciter un intérêt personnel.



10 - Les traductions en français de titres de films américains

Les modes de traduction des titres peuvent être classés en cinq grandes catégories, selon le procédé de transposition utilisé :

La conservation du titre original. Le fait de garder le titre original ou de renoncer à traduire correspond à deux hypothèses opposées :

- Soit le titre est absolument spécifique ou intraduisible et il est conservé tel quel.

- Soit le titre est transparent (nom propre, terme anglais très courant, …) et donc il n'est pas nécessaire de le transposer dans une expression française équivalente.

 

La traduction littérale. Elle est possible quand il y a une équivalence sémantique directe, c'est-à-dire quand :

- Il existe des mots sémantiquement équivalents, qui n'engendrent pas de perte notable de sens.

- Il n'y a pas d'enjeu dans le titre original qui soit de l'ordre de la connotation ou du type de discours.

- Il y a une expression idiomatique équivalente.

 

L'adaptation. Elle correspond à une traduction large et libérale qui peut engendrer une perte de sens notable.

Le choix de la francisation complète présente l'avantage de transposer le titre original dans une expression qui à un sens clair en français. La perte de sens peut être compensée par un sous-titre qui permet d'expliciter la signification intégrale du titre anglais original.

 



 

La création d'un autre titre mais pseudo-anglais franco-phoniquement transparent : Dans certains cas, le titre anglais original est remplacé par un autre titre en franglais indistinct (ni vrai français ni vrai anglais) qui donne une coloration américaine tout en étant compréhensible pour les français (Ex : Sexcrimes à la place de Wild things).

La duplication. Ce procédé consiste à composer un ensemble titre / sous-titre :

- Qui conserve soit en majeur, soit en mineur le titre original.

- Qui complète ou explicite les termes anglais conservés.

 

 On déduira par conséquent assez aisément que l’affiche cherche le rapprochement maximal avec une culture supposée commune et nationale (un vocabulaire de base, des éléments et symboles universels, quelques éléments du patrimoine). De la transposition du titre découle un environnement visuel de codes plus ou moins complexes et mis en interrelations, où la maitrise formelle et intuitive du design produit une lecture en principe explicite. C’est l’enjeu pédagogique permanent de la construction/déconstruction inhérente à toute lecture de l’image, que ce blog focalise sur l’affiche de film, passerelle idéale entre l’image fixe (la photographie ou la couverture du livre), l’image séquentielle (la séquence d’images filmiques ou de cases de bandes dessinées) et l’image en mouvement. Toute image  créée, vue, lue, perçue et en devenir dans les yeux du liseur-spectateur…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philtomb - dans Décrypt'affiche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages