Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 16:52

 



  Valkyrie
marque le retour du réalisateur Bryan Singer, deux ans après l’accueil mitigé de Superman Returns. Ce nouveau film marque la première association de Singer avec Tom Cruise, au sein du Studio United Artists repris par l’acteur/producteur.


 
  Au cœur de la seconde guerre mondiale, le colonel Claus Von Stauffenberg (Tom Cruise), de retour d’Afrique du Nord après  avoir été grièvement blessé (il perdra son œil gauche et sa main droite), rejoint une équipe de résistants. Leur objectif est la mise au point de l’Opération Valkyrie, un complot visant à assassiner Adolf Hitler pour installer un gouvernement d’opposition. Mais très vite, le jeune officier va devoir prendre les rênes de l’opération, et être désigné pour assassiner Hitler, le 20 Juillet 1944…


 
 Frappé de nombreuses polémiques, le tournage de Valkyrie a failli être interrompu plusieurs fois. L’appartenance de Cruise à la Scientologie a en effet été très mal vécue en Allemagne (où le film a été en partie tourné entre Juillet et Octobre 2007) puisque l’acteur y interprétait un héros de la Résistance, par ailleurs relativement mal connu du grand public en France notamment. Ces retards de tournage ont repoussé la sortie de nombreux mois, mais généré une attente immense. Le film est déjà l’un des favoris aux Oscars, tandis que sa sortie française est prévue pour le 28 janvier prochain.

 

 
  Enjeu scénaristique et visuel évident, le film devait essentiellement éviter de s’engager, dès ses premiers visuels publicitaires, dans une promotion par trop polémique : une opération compliquée par l’omniprésence des uniformes, insignes et croix gammées emblématiques du sinistre Troisième Reich. On se souviendra ainsi des critiques formulées à l’encontre du propos et de l’affiche (créée par O. Toscani) du film Amen de Costa Gavras en 2002 (voir sur ce blog : http://cine-l-affiche-en-plein-coeur.over-blog.fr/pages/Chapitre_2__Sexe_mensonge_et_publicite_partie_3-395779.html).  Par ailleurs, l’issue finale du complot étant connue de tous, la promotion du film consistait prioritairement à définir le genre d’appartenance du long-métrage : film historique, thriller d’espionnage, film de guerre ou serial d’action-aventures ? L’affiche teaser créée par les célèbres Studios BLT & Associates est de ce point de vue assez remarquable puisqu’elle conjugue en même temps qu’elle précise l’ensemble des ces impératifs.


 




 
 Première évidence, l’acteur star Tom Cruise se fond à la fois dans le contexte historique et l’équipe dont il est le membre déterminant : le portrait de l’acteur n’envahit pas l’ensemble du visuel, comme ce fut le cas sur quantité de ces films précédents (Né un 4 Juillet, Mission Impossible, Vanilla Sky, Minority Report, etc.). La construction de l’affiche repose sur une conception géométrique froide qui réaffirme l’arrière-plan dictatorial : la flèche (en forme de V inversé) des comploteurs vient ainsi indiquer une « ligne rouge » mortelle qui semble s’insinuer dans le plan architectural de la Tanière du Loup (surnom donné au QG d’Hitler alors situé à Rastenburg en Prusse Orientale, lieu transformé  depuis en mémorial). Les couleurs employées (blanc, gris, noir et rouge) traduisent idéalement un film daté historiquement parlant, et permettent un  accès visuel signifiant aux codes référents du thriller/espionnage, sans parler des connotations fascistes évidentes. La fameuse « ligne rouge » se contente ainsi d’amorcer furtivement l’idée d’une croix gammée sans toutefois l’illustrer, et beaucoup plus de centraliser l’équipe autour d’un « cerveau » qui est bien le personnage de Tom Cruise (la ligne allant de son nom à sa tête).

 

 


 On remarquera, dans ce processus « identificatoire » que la ligne graphique de l’affiche réinvesti à la fois le film de guerre et un genre « plus léger », affilié au serial et à la comédie policière, situé quelque part entre l’esprit d’équipe d’un épisode de la série Mission Impossible et celui des Douze salopards (R. aldrich - 1967). L’influence de ce dernier film sur Valkyrie est notable, notamment en ce qui concerne la dramaturgie générale des personnages (tous embarqués dans une mission sans retour) et fort justement l’affiche, celle concoctée par le graphiste Franck Mc Carthy misant justement tout sur la sauvagerie de l’action et l’héroïsme forcené d’une équipe lancée en « V  » (victorieux ?) contre le système nazi tout entier ! La différence fondamentale entre les deux visuels viendra prioritairement de la retenue des caractères : dans Valkyrie, point d’armes à feu ni d’attitudes de combat, mais une froide détermination en « marche », ajustant son pas sur un Von Stauffenberg s’avançant vers nous (la cible réelle du film ?) les poings et la mâchoire serrée…

 



 
 On aura cité plus haut le genre policier comme point d’identification : précisons ici un lien à la fois de « corps » et « d’âme » avec le film Ocean’s Eleven et ses suites (S. Soderbergh - 2002 ; le film étant le remake de L’Inconnu de Las Vegas de Lewis Milestone (1960) ; voir sur ce blog l’analyse des affiches respectives : http://cine-l-affiche-en-plein-coeur.over-blog.fr/pages/Chapitre_5__Les_genres_a_laffiche__stereotypes_et_nouveautes_partie_2-410903.html). L’affiche de Valkyrie en reprend là aussi la totalité de la charte graphique : couleurs référencées, ligne rouge, équipe en marche et formée en « v », silhouettes sombres.

  Différence « fondamentale », la base sur laquelle porte les pieds des personnages sera blanche dans la série des Ocean’s, venant en traduire la tonalité de comédie policière, et sera à l'inverse  noire dans Valkyrie. Le spectateur en déduira un film à l’atmosphère plombée et funeste, où les héros sont littéralement mis au « pied du mur » par l’Etat policier qui s’offre à eux en un arrière-plan vertical. Cette verticalité du lieu d’action-cible semble par ailleurs écraser psychologiquement et physiquement l’équipe de Von Stauffenberg, finalement réduite à agir pour échapper au pire, et donc à abattre le Mal à sa racine (l'étymologie du mot "Walkyrie" signifiant justement "choisir les abattus") : un aspect qui sera bien l’un des plus attendus du film de Bryan Singer, et que les affiches finalisées devraient particulièrement mettre en valeur dans les semaines à venir.

 

  Pistes complémentaires :

 Site officiel américain du film :  http://valkyrie.unitedartists.com/

 Claus Von Stauffenberg et le "complot du 20 Juillet" : http://fr.wikipedia.org/wiki/Claus_Schenk_von_Stauffenberg

Images des Actualités Françaises (INA) : http://www.dailymotion.com/video/x2wwrn_attentat-contre-adolf-hitler-le-20_politics

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philtomb - dans Décrypt'affiche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages