Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 18:16

Chapitre 10 - L'affiche productrice de sens (partie 2)

 

3 - La mise en valeur hiérarchisée des acteurs et des rôles

  Il y a différentes manières de présenter en image les acteurs d'un film et de donner une idée de l'importance de leurs rôles. Le procédé consiste à distinguer les plans et les échelles visuelles par la photographie.

 Au sein notamment des récentes grandes productions hollywoodiennes, la présence simultanée de plusieurs acteurs avec une idée de hiérarchie entre les rôles peut être suggérée par deux grands procédés :

En jouant sur l'échelle des visages photographiés et l'impression de profondeur de champ. Ce type d'organisation des acteurs peut prendre plusieurs formes caractéristiques :

- La distribution pyramidale autour d'un personnage central



- L'étoile concentrique avec un personnage au centre et des visages qui rayonnent dans toutes les directions.




- La spirale de visages avec un cycle où les visages s'amenuisent ou grandissent.


 

En dissociant visuellement deux plans, avec des effets de transparence et de superposition.

 

  La disposition des personnages sur l'affiche permet de les classer en deux catégories sur le modèle des plans distingués par Emile Benveniste :

Le plan discursif, qui instaure un rapport je / tu entre le(s) personnage(s) et le spectateur. C'est le cas des affiches où les personnages sont de face et en particulier des affiches de films d'action où le héros est frontal.


Le plan narratif, qui distingue plus clairement le spectateur des personnages, ces derniers étant placés en interaction. C'est le cas des affiches où les personnages sont en interrelation dans des scènes latérales, sans regard dirigé vers le spectateur, notamment sur les affiches de comédies ou encore sur celles ou le duel est l’élément clé attendu en cour ou finalité du scénario.

 

  L'absence totale de personnages (aucune silhouette ou portion de corps humain)
est particulièrement rare sur les affiches de films : la présence d'un être humain assure une fonction empathique, nécessaire pour anticiper l'adhésion au film. Oter tout point de référence « humain » signifie soit que l’ambiance est mise en valeur, soit qu’un objet/logo peut symboliser tout le film. On jouera enfin sur un minimalisme à l’extrême des héros pour signifier l’extrême danger pesant sur leurs épaules…

 

 

4 - L'intégration visuelle du titre au sein de l’affiche

On relira sur ce thème le chapitre disponible sur ce blog au lien suivant :
http://cine-l-affiche-en-plein-coeur.over-blog.fr/article-18471001.html

 Elle relève de six grandes modalités :

Le titre n'est pas travaillé ni mis en valeur particulièrement. Il apparaît secondaire par rapport à l'image, avec une typographie neutre et banale.

Le titre utilise une typographie travaillée, qui fait stylistiquement écho à l'image.

Le titre est motivé « iconiquement » en étant intégré en situation dans l'image, comme un élément de l'image elle-même. Ce n'est plus tant un texte dans une image qu'une image de texte, puisqu'il est intégré sémiotiquement à la composition iconique de l'affiche. (Ex : le titre Vénus Beauté est l'enseigne de l'institut de beauté : le titre Taxi est écrit en jaune sur le sol, comme un marquage de la chaussée ; le titre Paradis Express est écrit sur une plaque minéralogique américaine).

Le titre fait l'objet d'une motivation légère par une simple analogie stylistique entre la typographie utilisée et le thème : la manière dont les lettres sont écrites évoque ce que signifie le titre. (Ex : Cube est écrit de façon cubique, Le veilleur de nuit avec des lettres lumineuses).

Le titre à un rôle architectonique dans la construction de l'affiche et dans l'organisation de l'image. Il participe à la construction même de l'affiche en divisant ou structurant l'espace autour de lui-même selon un axe horizontal, vertical ou transversal. Le visuel s'organise alors autour de cette structure architecturale.



Le titre est quasi monopolistique dans l'affiche : il en est le véritable contenu et occupe toute la place.



5 - Les écritures sur les affiches : titre, distribution, l'équipe technique et les crédits

 La façon d'écrire les différentes indications en texte sur les affiches diverge en France et aux Etats-Unis.

 

Sources : http://www.qualiquanti.com/pdfs/affetbafilmsword.pdf - 2000.

 

6 - Les logos de partenaires en bas des affiches

 La présence de logos en bas des affiches signifie d'une manière générique et indistincte un rapport commercial entre les partenaires et le film. L'ignorance du rôle du partenaire ou de la nature du lien entre le partenaire et le film empêche le logo de fonctionner comme une signature de marque.

 Il n'y a pas de construction de véritable partenariat dans la mesure où :

Le rôle des marques apposées est ignoré.

Ce sont des marques qui n'ont pas de rapport direct avec le cinéma. La marque ne peut pas fonctionner comme la signature d'un producteur sur son produit.

 Il est néanmoins possible de supposer par défaut un autre type de relation, suivant la compétence cinématographique ou culturelle de la marque :

Le sponsoring affinitaire. S'il est impossible de préciser la nature de la relation entre le film et une marque qui n'a rien à voir avec le cinéma, il est possible de l'interpréter comme un écho de tonalité ou un rapport entre l'identité de la marque et le contenu ou l'ambiance du film.

La caution de qualité. S'il est possible d'assigner à la marque partenaire une compétence cinématographique plus ou moins directe, la présence du logo peut avoir une valeur de caution. C'est plutôt le cas des marques du type :

- Chaînes de télévision avec une coloration particulière (Canal Plus, 13ème rue, Comédie), ou qui s'intéressent au cinéma dans certaines de leurs émissions phares (Paris Première)

- Des titres de presse qui exercent par ailleurs une fonction de critique (Libération, Télérama, Première, Studio, Ciné Live, l’Ecran Fantastique, Mad Movies, etc.).

  L’analyse quantitative des parrains présents sur les affiches en 1998 et 1999 (source catalogue Avenir) révèle que :

- Les parrains les plus présents en 98 et 99 sont dans l’ordre MCM, Fun Radio, NRJ, Europe 2, Skyrock, Comédie, RFM, Chérie FM, RTL, RTL2, AlloCiné, 13ème Rue, France Inter, Europe 1,

- Le nombre moyen de partenaires est de 2 pour les affiches américaines et de 1,6 pour les affiches françaises, avec jusqu’à 7 partenaires simultanés sur une affiche.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philtomb - dans Décrypt'affiche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages