Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 11:01

Synopsis : Pierre Collier est mort... Assassiné chez le sénateur Henri Pages au cours d'un week-end de villégiature. Sa femme, Claire, est la coupable désignée. Elle a été arrêtée un revolver à la main à côté de la victime. Sans doute a-t-elle des raisons d'avoir voulu se venger de son mari volage.
  Pourtant, les apparences peuvent être trompeuses. L'arme n'est pas celle du crime, et chaque invité devient un suspect potentiel. Esther, la maîtresse de Pierre, Léa, son amour de jeunesse humiliée, Philippe, son rival. Et pourquoi pas le sénateur en personne, passionné par les armes à feu ?
  Une affaire complexe à résoudre pour le lieutenant Grange, surtout lorsqu'un deuxième meurtre la fait rebondir...

 

  

  Avec Le Grand Alibi de Pascal Bonitzer (Sortie en salles le  30 Avril 2008), le spectateur est replongé dans l’ambiance policière des romans à énigmes anglo-saxons (genre désigné par l’anglicisme whodunit, se traduisant par « qui l’a fait ? »), genre phare des années 1920-1950 ayant popularisé les œuvres d’Agatha Christie, John Dickson Carr ou Ellery Queen. Comme précisé sur l’affiche, Le Grand alibi est une adaptation du récit d’A. Christie intitulé Le Vallon (1946), dans lequel Hercule Poirot doit résoudre le mystère de l’assassinat d’un médecin dans la propriété qui donne son nom au roman : la partie strictement « policière » y est très réduite, au profit d’une étude de mœurs. Pascal Bonitzer supprime quant à lui le personnage du célèbre enquêteur belge de son film.

 
   L’affiche française est signée du dessinateur Jean-Claude Floch (dit Floc’h), un habitué de ce type de réalisations, qui illustre ici son 14ème film (voir l’ensemble de ses affiches sur le blog dédié :
http://lhommedanslafoule.blogspot.com/2008/04/cinma-depuis-1977.html) et sa deuxième collaboration avec Pascal Bonitzer après Petites coupures en 2003.  La filiation entre les personnages-pions représentés est le célèbre jeu du Cluedo (imaginé en Angleterre en 1943) est immédiate : on remarquera par conséquent un lien entre une précédente adaptation filmique de cet univers (Cluedo de J. Lynn - 1985) et le film au titre homonyme d’Alfred Hitchcock (Stage fright en VO - 1950).

 






   Une autre filiation discrète de l’affiche - due au style ligne claire et bande dessinée franco-belge de Floc’h - est sans conteste une inspiration inconsciente des couvertures des albums de Ric Hochet (créé par Tibet et André Paul Duchâteau en 1955 au sein du journal Tintin), dont plusieurs se rapprochent du présent visuel (voir par exemple le t. 36, la flèche de sang (1983) ou le t.66, Penthouse Story (2002)). Jean-Claude Floc’h ne cache du reste ni sa passion pour les films et bandes dessinées policières et fantastiques (celles de H.P. Jacobs et d’Hergé en tête), ni sa propre volonté d’en donner une vision renouvelée et hommage à la fois (voir ses travaux avec François Rivière, notamment sur la série Albany & Sturgess chez Dargaud).

   


 La question naturellement posée par le spectateur-enquêteur est de savoir si, oui ou non, l’affiche comporte son lot d’indices et de preuves, alors même que, sur les 10 noms présents au générique en bas de l’affiche, 9 seulement sont directement illustrés par les différents pions, plus une main gantée de droitier braquant un pistolet Beretta sur Lambert Wilson, qui interprète fortuitement la victime (le docteur Pierre Collier)… Le dossier de presse du film fournit en outre 3 personnages supplémentaires, dont l’un est le 10ème nom (non illustré) de l’affiche. On remarquera enfin la volonté d’inscrire l’affiche et le film comme un jeu, de par des coins arrondis référents d’une carte à jouer : étrange puzzle policier offrant in fine 12 visages (et non 9…), soit la totalité des quatre quatuors de valets, dames et rois, avec une fine redistribution  des rôles féminins et masculins.



 

 
Difficile d’en dire plus, car la suite et la résolution appartiennent à l’intrigue et à son dénouement… autant qu’au désir du réalisateur de jouer avec la sagacité de ses enquêteurs-spectateurs.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

philtomb 08/05/2008 09:59

Trop général ? Que nenni ! La vision (correspondant en fait à celle du "film noir") de l'homme "perdu" dans une ville tentaculaire est au contraire centrale de la thématique "Homme, ville, machines et nouvelels technologies". De Métropolis à Matrix en passant par le Retour de l'Inspecteur Harry ou les visuels du prochain Batman.

de passage 08/05/2008 03:43

Je pensais un truc plus général, sur l'homme déambulant dans la ville, ou perdu dans la ville
Taken
http://img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/65/13/27/18899329.jpg
Nikita
http://www.krinein.com/img_oc/big/4833.jpg
Michael Clayton
http://adelife.files.wordpress.com/2007/09/18801770_w434_h_q80.jpg
La nuit nous appartient
http://www.enregistrersous.com/images/144011673220070520003540.jpg
La peur au ventre
http://img5.allocine.fr/acmedia/medias/nmedia/18/36/02/81/18475183.jpg
Léon
http://caius.homeip.net/affiches/leon.jpg
Sin City
http://www.cerebralevolution.com/news/movies-music/movie_posters/Sin_City.jpg
Taxi driver
http://www.cerebralevolution.com/news/movies-music/movie_posters/Taxi_Driver.jpg
Il était une fois en amérique
http://www.cinemapassion.com/affiches/il_etait_une_fois%20en_amerique.jpg

Mais c'est peut-être trop général du coup :S

Philtomb 05/05/2008 07:09

Merci pour l'intérêt montré au site : j'ai efFectivement moi aussi fait le lien entre ces affiches et pense les traiter prochainement dans une thématique "ville, informatique et machines" ou pour elles seules notamment quand Babylon AD surgira sur nos écrans (27 Aout 2008).

de passage 04/05/2008 21:44

Bonjour, voici peut-être une piste pour un futur article, avec les affiches de Dark City et une (pré?)affiche pour Babylon A.D
http://img370.imageshack.us/img370/9344/020842afky0.jpg
http://img153.imageshack.us/img153/7199/babylonadir1kz2.jpg

Je pensais en trouver plus, mais il y a juste celle de Nikita qui s'en rapproche vaguement dans ma petite mémoire des affiches.

Présentation

  • : Décryptage d'affiche de films
  • : Les affiches de films sont des papillons de la nuit du Cinéma : multicolores, éphémères et éternelles à la fois... Invitation, trace, mémoire d'un film ou d'un genre, l'affiche en tant qu'oeuvre visuelle ne saurait être démentie, mais comment la déchiffrer, qu'en saisir et que nous dit-elle finalement, à nous, spectateurs ?
  • Contact

Recherche

Archives

Pages